Accueil Casafree : L'Iran lève les scellés de ses centres de recherche - Actualité Mondiale - Webzine
Actualité Mondiale : L'Iran lève les scellés de ses centres de recherche
Téhéran a levé ce matin les scellés de plusieurs centres de recherche. Les Occidentaux mettent en garde.

L'Iran ne prête pas attention aux injonctions des pays occidentaux concernant la reprise de son programme nucléaire. Téhéran a levé mardi 10 janvier les scellés de plusieurs de ses centres de recherche nucléaire, dont celui d'enrichissement d'uranium à Natanz (centre)

"Aujourd'hui, avec l'autorisation donnée à ses inspecteurs (d'être sur place) par l'AIEA et son vice-directeur pour les mesures de sauvegarde (Olli) Heinonen, certains des scellés d'un nombre de centres de recherche ont été levés, et ces centres reprennent leur travail aujourd'hui", a annoncé Mohammad Saidi, vice-directeur de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

A Vienne, une porte-parole de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé que l'Iran avait "commencé le processus de levée des scellés de l'AIEA à Natanz en présence de ses inspecteurs".

Mohammad Saidi, qui s'exprimait devant la presse à Téhéran, a cependant affirmé que "la production de combustible nucléaire est toujours suspendue", laissant entendre que l'Iran n'allait pas à ce stade alimenter ses centrifugeuses pour l'enrichissement d'uranium à Natanz.

Menaces occidentales

L'Allemagne a demandé mardi en milieu de journée à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) d'évaluer la reprise par l'Iran de ses recherches nucléaires, en vue de déterminer avec Paris et Londres si la poursuite des négociations "a encore un sens", a déclaré mardi son chef de la diplomatie Frank-Walter Steinmeier.

Dans une courte déclaration à la presse en marge d'un séminaire gouvernemental au sud de Berlin, Frank-Walter Steinmeier a indiqué qu'il avait demandé au directeur général de l'AIEA Mohamed ElBaradei "d'effectuer à court terme une évaluation de ce qui menace de se développer dans les activités iraniennes". "Sur la base de cette évaluation, je vais essayer cette semaine de déterminer avec mes collègues français et britannique l'attitude à tenir, avant tout pour déterminer bien sûr si nos négociations (à trois) ont encore un sens", a-t-il dit.

L'Iran avait annoncé en octobre 2003 suspendre volontairement ses activités liées à l'enrichissement, en gage de bon volonté. L'usine de Natanz était la principale concernée par cette mesure.

Elle comportait à l'époque plusieurs installations, dont un centre d'assemblage de centrifugeuses, une usine pilote d'enrichissement avec une cascade de 164 centrifugeuses, et une usine d'enrichissement en construction pour la production industrielle d'uranium enrichi.

Mohammad Saidi s'est refusé à donner une liste des centres de recherche dont les scellés ont été levés.

L'AIEA au contact

A Vienne la porte-parole de l'AIEA, Melissa Fleming, a indiqué que l'Agence était "en contact permanent avec (les Iraniens) et nous fournirons les informations qu'ils nous transmettent plus tard dans la journée au Conseil des gouverneurs", l'exécutif de l'Agence.

Le 3 janvier, l'Iran avait notifié l'AIEA de sa décision de reprendre le 9 janvier des activités de recherche nucléaire.

Depuis, l'AIEA et les Occidentaux ont multiplié les injonctions à Téhéran pour qu'il maintienne la suspension de ses activités liées à l'enrichissement d'uranium.

Le programme nucléaire civil de l'Iran préoccupe particulièrement les Etats-Unis et l'Union européenne qui craignent qu'il ne dissimule un volet militaire pour se doter à terme de la bombe atomique.

Négociations rompues

La décision unilatérale de l'Iran de suspendre ses activités liées à l'enrichissement avait débouché en novembre 2004 sur un accord formel avec la troïka européenne (Allemagne, France, Grande-Bretagne). Ce dernier avait permis alors l'ouverture de négociations de l'UE-3 avec l'Iran sur son programme nucléaire.

Ces négociations avaient été rompues en août 2005, après que l'Iran eut annoncé la reprise de son procédé de conversion d'uranium, préalable à l'enrichissement.

Des discussions ont repris finalement le 21 décembre, pour renouer le dialogue, et sont censées se poursuivre le 18 janvier à Vienne.
Mais le nouveau geste de défi de l'Iran augure mal de la poursuite d'un tel dialogue.

@nouvelobs

Casafree.com le 10/1/2006 15:47:03
Les articles publiés sur le webzine Casafree.com sont sous copyright Casafree.com et nos agences de presse partenaires Panapress, PRN, et Xinhua sauf mention contraire. Toute reproduction même partielle des articles sans leur accord écrit est strictement interdite.
Article précédent: Khaddam : " Bachar va tomber"
Article suivant: Le côté gauche de Sharon réagit à une stimulation

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation

inscription
Votre compte Casafree :

La météo des autres villes