Accueil Casafree : Des enseignantes séparées de leurs maris et leurs enfants : Le ministère de l’Education nationale refuse le regroupement familial - Actualité Maroc - Webzine
Actualité Maroc : Des enseignantes séparées de leurs maris et leurs enfants : Le ministère de l’Education nationale refuse le regroupement familial
Un drame humain
Après avoir été dispersés, devant le siège du ministère de l’Education nationale à Bab Rouah à Rabat, par les forces de l’ordre, les 120 enseignantes et enseignants se trouvent actuellement en grève de la faim au siège de la Fédération Autonome de l’Enseignement à Marassa dans une situation dramatique. Plusieurs femmes sont affaiblies, d’autres sont proches du coma.

Les formateurs de nos enfants sont abattus par la grève de la faim (Ph. lachaari)
Nous avons interrogé certaines enseignantes qui, à peine, trouvent le souffle pour répondre.

Madame Zahra El Aaoufi, âgée de 42 ans et qui donne l’impression de dépasser les 60 ans à cause de tout ce qu’elle supporte, est enseignante depuis 1990 à Taroudant. Mère de deux enfants âgés respectivement de 10 ans et 9 ans, son mari, lui aussi enseignant, a été muté à Casablanca, il y a 4 ans . Depuis cette date, Zahra attend le mouvement des enseignants jusqu’au jour où elle a appris qu’il n’y a plus d’espoir.

Le ministère de l’Education nationale ne prend guère en considération la situation de la femme mariée.

En effet, depuis deux ans, le ministère a décidé de mettre un terme aux mouvements spéciaux des enseignants et qui étaient traditionnellement consacrés aux regroupements familiaux et aux mutations pour des raisons de santé.

Cette suppression des mouvements spéciaux qui, malheureusement, n’a pas pu empêcher les mouvements secrets des personnes chanceuses, a mis fin aux espérances et a poussé ces enseignants à observer un sit-in depuis le mois d’août dernier, suivi d’une grève de la faim qui risque de leur coûter la vie.

C’est le cas de Madame Nadia Zahraoui, enseignante à la ville d’Ouezzane, enceinte de cinq mois et mère de deux enfants dont l’un est diabétique et souffre particulièrement de la séparation permanente du père qui se trouve à Témara. Signalons que Nadia Zahraoui est épouse d’un directeur d’école publique à Témara et qu’une circulaire stipule que toute femme d’administrateur rejoint automatiquement son époux, malheureusement ce n’est pas le cas pour Nadia comme pour d’autres.

Les cas sont nombreux, Madame El Makoudi Fatiha qui se trouve à des centaines de kilomètres de son mari, son histoire est beaucoup plus dramatique, elle est mère d’un enfant attardé mental et qui se trouve avec son père loin de sa maman, la seule personne capable de le couvrir de tendresse, d’amour, mais en raison de son travail dans une école qui se trouve à Fès, cet enfant ne peut pas accompagner sa maman qui est bien loin dans une école en pleine campagne où on ne peut trouver des écoles spécialisées pour les malades mentaux. Comment peut-on imaginer améliorer et développer l’enseignement dans notre pays ? Comment a-t-on pu passer l’éponge sur des cas pareils ?

Comment peut-on espérer un bon rendement de ces enseignants qui sont éloignés de leurs familles, leurs enfants, leur époux ?

Il est anormal que des couples soient séparés, certains depuis de longues années, ce qui ne fait que réduire considérablement leur rendement. Et il est anormal aussi que les responsables continuent à ignorer leur situation, car cela ne peut que nuire à la solidarité familiale, à l’éducation des petits et à l’enseignement.

Asmaa RHLALOU

Source : L'Opinion


Casafree.com le 23/9/2005 11:30:00
Les articles publiés sur le webzine Casafree.com sont sous copyright Casafree.com et nos agences de presse partenaires Panapress, PRN, et Xinhua sauf mention contraire. Toute reproduction même partielle des articles sans leur accord écrit est strictement interdite.
Article précédent: Dopée par internet, la contrefaçon de médicaments touche aussi les pays riches
Article suivant: La publicité grande consommatrice de célébrités, avec les risques inhérents

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation

inscription
Votre compte Casafree :

La météo des autres villes