Accueil Casafree : Le sommet du G20 établit une feuille de route pour le monde après la crise financière internationale - Economie - Webzine
Economie : Le sommet du G20 établit une feuille de route pour le monde après la crise financière internationale
economie bourse argent journalAu troisième sommet du G20, une "feuille de route" élaborée pour "l'ère d'après la crise" par les dirigeants du G20 a été dévoilée.

La feuille de route clarifie de nouveau que la tâche prioritaire des dirigeants mondiaux est de lutter contre la crise financière internationale et de promouvoir une relance normale de l'économie mondiale. Elle doit également exercer une importante influence sur l'avenir de l'économie internationale.

Au cours du sommet, en dépit de l'augmentation de la confiance de la communauté internationale, de la tendance des marché financiers à la stabilité et de changements positifs intervenus au sein de l'économie mondiale, les dirigeants ont averti à plusieurs reprises que le processus de relance et de rétablissement demeurait incomplet.

Par conséquent, le monde doit rester en état d'alerte pour anticiper tout impact négatif éventuel des politiques stimulantes, en particulier le risque potentiel d'inflation. Les dirigeants du G20 ont convenu que la prénommée "stratégie de sortie" devait être mise en place avec prudence afin de ne pas bouleverser les marché financiers instables et de ne pas empêcher leur rétablissement, considéré comme fragile.

Concernant la réforme financière, les dirigeants du G20 ont accepté de freiner les excès financiers qui ont provoqué la crise du crédit il y a deux ans. Des règles plus strictes sur la quantité de fonds que les banques de capitaux doivent avoir à absorber en cas de pertes devraient être établies avant fin 2010 et seront introduites progressivement dans les deux ans à venir.

Cette décision a été réaffirmée dans un discours prononcé par le président chinois Hu Jintao lors du sommet. M. Hu a indiqué que la situation économique et financière internationale s'était améliorée, mais que le monde devait faire avancer la réforme sans en minorer les objectifs.

Les participants au sommet ont accepté d'accorder 5% de droits de vote supplémentaires au sein du Fonds monétaire international (FMI) à certains pays en voie de développement.

Il s'agit une décision historique, toutefois, elle est loin de corriger totalement les déséquilibres du FMI, les pays émergents étant encore sous-représentés au sein de cette organisation. La communauté internationale doit continuer à déployer des efforts pour augmenter la représentation de ces pays et promouvoir l'enregistrement de progrès substantiels dans le cadre de la réforme.

Parallèlement, la communauté internationale doit améliorer le processus et le mécanisme actuels de prise de décisions au sein du FMI et de la Banque mondiale, et encourager une participation plus élargie et efficace de toutes les parties.

En même temps, le monde doit rejeter résolument le protectionnisme sous toutes ses formes, encourager l'établissement d'un système de commerce et d'investissements mondiaux juste, libre et ouvert, et aider les négociateurs à conclure le cycle de Doha aussi vite que possible.

La question des déséquilibres économiques mondiaux a été au centre des attentions de la communauté internationale ces derniers mois.

Quelques jours avant le sommet de Pittsburgh, le président américain Barack Obama a appelé à l'établissement d'un cadre pour équilibrer l'économie mondiale. D'après de nombreux analystes, la démarche des Etats-Unis vise à exempter les consommateurs américains et le gouvernement américain lourdement endetté de la responsabilité de la lenteur du rétablissement économique.

La chancelière allemande Angela Merkel a averti que cette volonté de rééquilibrage de l'économie formulée par les Etats-Unis risquait de détourner le sommet de Pittsburgh de son objectif prioritaire urgent: la régulation du marché.

Au cours du sommet, le président chinois a souligné que la Chine attachait une grande importance au développement économique et social global, équilibré et durable.

La Chine s'est dite convaincue que la cause principale des déséquilibres économiques mondiaux était le grand fossé de développement qui séparait les pays développés et les pays en voie de développement. Le seul moyen pour que le monde puisse voir émerger une relance économique mondiale solide et une croissance économique mondiale durable est de promouvoir le développement des pays en voie de développement.

En outre, les pays ayant différents niveaux de développement devraient être autorisés à choisir leurs propres mesures et voies en fonction de leurs situations nationales. L'espace pour le développement que les pays en voie de développement méritent ne doit pas être compromis.

La feuille de route élaborée par les dirigeants du G20 spécifie la voie amenant à "l'ère d'après la crise". Toutefois, une feuille de route sera réduite à de simples formalités si des mesures concrètes s'appuyant sur l'élan généré par le sommet ne sont pas prises. C'est sans doute le seul moyen pour que le monde puisse sortir de la crise financière actuelle et parvenir à son objectif: une relance économique durable.

Par LIU Hong, PAN Yunzhao et TIAN Fan
Xinhua


Casafree.com le 26/9/2009 14:27:56
Les articles publiés sur le webzine Casafree.com sont sous copyright Casafree.com et nos agences de presse partenaires Panapress, PRN, et Xinhua sauf mention contraire. Toute reproduction même partielle des articles sans leur accord écrit est strictement interdite.
Article précédent: Inondations en Mauritanie : La montée des eaux du fleuve fait des dégâts à Boghé
Article suivant: Obama : Les efforts du G20 ont sauvé l'économie mondiale du précipice

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation

inscription
Votre compte Casafree :

La météo des autres villes