Accueil Casafree : Mamoun Darkazanli, Une figure présumée d'Al-Qaïda, remis en liberté en Allemagne - Actualité Mondiale - Webzine
Actualité Mondiale : Mamoun Darkazanli, Une figure présumée d'Al-Qaïda, remis en liberté en Allemagne
La justice allemande a remis en liberté lundi une figure présumée du groupe terroriste islamiste Al-Qaïda en raison d'objections de la cour constitutionnelle sur la transposition du mandat d'arrêt européen dans le droit national, un nouveau revers pour la lutte contre le terrorisme.

La Cour constitutionnelle, basée à Karlsruhe (sud-ouest), a donné gain de cause à un recours formé par le Germano-Syrien Mamoun Darkazanli, qui s'opposait à son extradition vers l'Espagne depuis son arrestation à la mi-octobre 2004 en Allemagne, où il était placé sous écrou extraditionnel.

M. Darkazanli est sorti libre de la prison de Hambourg (nord) où il était en détention, barbe taillée, vêtu d'un pantalon bleu et d'un T-shirt blanc, quelques heures après l'annonce de la décision de la cour.

Cet homme d'affaires de 46 ans fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen délivré par le juge anti-terroriste espagnol Baltasar Garzon, qui enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et soupçonne Darkazanli d'avoir été "l'interlocuteur permanent et l'assistant en Allemagne d'Oussama ben Laden", le fondateur d'Al-Qaïda.

A Bruxelles, la Commission européenne a "regretté" cette décision et appelé les autorités allemandes à "réparer aussi vite que possible les déficits" dans leur législation. Un porte-parole du commissaire européen à la justice, l'Italien Franco Frattini, a estimé qu'il ne s'agissait pas d'une bonne nouvelle pour l'Europe dans la lutte contre le terrorisme, moins de deux semaines après les attentats de Londres.

De son côté, le ministre allemande de la Justice, Brigitte Zypries, a estimé que cette décision constituait un "nouveau revers pour le gouvernement dans la lutte contre le terrorisme international".

Dans ses attendus, la Cour constitutionnelle estime que les ressortissants allemands sont insuffisamment protégés contre une extradition vers un autre pays: d'une part, parce que le législateur allemand n'a pas prévu de recours devant un tribunal allemand contre un mandat d'arrêt européen et, d'autre part, parce qu'il n'a pas utilisé toutes les marges de manoeuvre prévues par le mandat d'arrêt européen en transposant ce texte dans le droit national.

Conséquence de cette décision : les députés allemands vont devoir reformuler la loi, afin de permettre l'extradition vers un autre pays de l'UE de ressortissants allemands.

En attendant, tous les Allemands placés sous écrou extraditionnel dans le cadre du mandat d'arrêt européen entré en vigueur en août 2004 - au moins 19 personnes, selon le gouvernement allemand - doivent être remis en liberté et la procédure en cours doit être suspendue, selon l'arrêt de la Cour.

Outre ses liens présumés avec Ben Laden, Darkazanli est également soupçonné de s'être rendu au Kosovo à la fin de l'année 2000 pour le compte d'Al-Qaïda. Il encourt jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle en Espagne pour appartenance à une organisation terroriste, selon la Cour d'appel de Hambourg, qui s'était prononcée en faveur de son extradition.

Pour sa part, le Germano-Syrien nie toute activité terroriste, concédant seulement avoir connu "de vue" trois des kamikazes du 11 septembre, l'Egyptien Mohammed Atta, l'Emirati Marwan Al-Shehhi et le Libanais Ziad Jarrah, qui formaient la cellule d'Al-Qaïda à Hambourg. Darkazanli apparaît dans une cassette vidéo au mariage du Germano-Marocain Said Bahaji, cérémonie à laquelle participaient aussi les kamikazes Jarrah et Al-Shehhi, ayant tous deux vécu à Hambourg.

La critique du gouvernement allemand concernant l'arrêt Darkazanli reflète les tensions entre les autorités et le système judiciaire au sujet des procédures de terrorisme en Allemagne.

Début juin, la Cour fédérale allemande de justice avait définitivement blanchi le Marocain Abdelghani Mzoudi, acquitté début 2004 de complicité dans les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. En mars 2004, cette même Cour fédérale avait cassé le verdict du premier condamné au monde pour ces attentats, le Marocain Mounir el Motassadeq, qui avait écopé de 15 ans de réclusion. Il est rejugé à Hambourg et le verdict est attendu le 19 août.

Source : AFP


Casafree.com le 18/7/2005 16:40:00
Les articles publiés sur le webzine Casafree.com sont sous copyright Casafree.com et nos agences de presse partenaires Panapress, PRN, et Xinhua sauf mention contraire. Toute reproduction même partielle des articles sans leur accord écrit est strictement interdite.
Article précédent: Guadalajara : Le plus meurtrier incendie en Espagne depuis 1992, s'étend toujours
Article suivant: Le gouvernement britannique rejette l'idée d'un lien entre l'Irak et les attentats de Londres

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation

inscription
Votre compte Casafree :

La météo des autres villes