Accueil Casafree : Vache folle : Premières importations après l’embargo - Actualité Maroc - Webzine
Actualité Maroc : Vache folle : Premières importations après l’embargo
Levée d’embargo sur l’importation des génisses
Le premier grand contingent est arrivé
· L’importation concerne 282 génisses reproductrices
· Des mesures sanitaires draconiennes ont accompagné le débarquement


Le premier arrivage d’importance de bovins importés par bateau depuis l’arrêt des importations le 10 novembre 2000, a eu lieu le 21 avril. Ce jour-là, le port de Jorf Lasfar était en effervescence après l’accostage du bateau Jihan en provenance de Sète. C’est Centrale Laitière qui s’est chargée des procédures pour l’importation depuis la France de vaches gestantes à haut potentiel génétique. Elles peuvent produire jusqu’à 30 litres par jour contre une moyenne de 15 litres pour les races reproductrices améliorées se trouvant actuellement dans les étables des éleveurs marocains. L’opération supervisée par Centrale Laitière entre dans le cadre de la relance du secteur de l’élevage bovin, indique Hicham Benaîm, chef de la zone Doukkala. Les éleveurs ont accueilli favorablement la décision du ministère de l’Agriculture, de Développement rural et des Pêches maritimes, qui vient d’autoriser récemment la reprise de l’importation du bétail reproducteur de race pure.

La reprise survient après 4 années d’interdiction suite à l’apparition de la maladie d’encéphalopathie spongiforme (ESB). L’arrivage de Jorf Lasfar concerne 282 génisses reproductrices pleines de race Prime Holstein, répondant aux normes zootechniques et sanitaires définies par le code de procédure n°6136 DE. Les mesures et les formalités de débarquement de ces bovins sont draconiennes, est-il indiqué auprès de Centrale Laitière. Les génisses n’ont débarqué au port qu’après vérification minutieuse de tous les documents sanitaires les accompagnant.

Il a fallu tout un après-midi et une partie de la nuit pour contrôler les certificats sanitaires de chaque génisse, les bulletins d’analyses du laboratoire, les documents d’identification, le pedigree, les passeports et les attestations de marquage. Les génisses qui ne sont pas pleines ou qui ont avorté, ne sont pas autorisées, explique Dr Mohammed Aziz Chbihi, chef de service vétérinaire El Jadida. Les génisses doivent être obligatoirement âgées de 28 mois maximum et pleines de 5 mois minimum. Et conformément à des exigences marocaines négociées avec l’Europe, les génisses avaient subi des examens cliniques de 10 jours avant leur embarquement, indique Khalid M’Ghafri, responsable contrôle développement de la production de Centrale Laitière à Casablanca.

Le transport s’est aussi déroulé selon le règlement de la communauté européenne. Le contrôle au port a été assuré par IPC (Independant Product Controlling), société spécialisée sur le plan international en matière de contrôle et de surveillance agréée par l’UE. La société a aussi accrédité son vétérinaire pour réaliser des consultations techniques de contrôle au niveau du port.

Après débarquement au port de Jorf Lasfar, les génisses ont été mises en quarantaine dans le lazaret agréé situé à Sidi Bennour. Le lazaret est une ferme sous contrôle des services de l’Ormvad. Il a fallu 25 camions pour transporter ces animaux. Au préalable, les véhicules avaient été totalement nettoyés et désinfectés au formol.

Après une vingtaine de jours, une commission désignée par la direction de l’Elevage et composée de vétérinaires inspecteurs et ingénieurs zootechniciens, devra procéder à l’examen des documents zootechniques et sanitaires accompagnant les génisses. Le prix de cession au profit des éleveurs pour chaque génisse est de 17.500 DH. Les éleveurs paient un acompte de 5.000 DH, le reste de la somme est prélevé pendant 18 mois sur le lait après 3 mois de différé.

Ainsi, 150 génisses profiteront à 4 éleveurs agréés aux Doukkala. 20 autres génisses seront distribuées à Tadla, 25 à Kalaât Sraghna et le reste à Chaouia. A rappeler que l’année dernière, le lait collecté par Centrale Laitière au niveau national auprès de 600 coopératives et particuliers (80.000 éleveurs) a été de 400 millions de litres, fait savoir Khalid M’Ghafri. Le lait collecté dans les 122 coopératives et particuliers des Doukkala est de 96 millions de litres.


Conditions d’acquisition des génisses

Les bénéficiaires des génisses importées sont exclusivement les éleveurs qui disposent d’un agrément délivré par les services de l’Ormvad après avoir répondu à des conditions. L’éleveur doit adhérer au programme national de prophylaxie sanitaire et disposer d’étables indemnes vis-à-vis des maladies réputées légalement contagieuses. Il doit aussi bénéficier d’un encadrement technique et sanitaire et procéder à l’isolement et la vérification préalable du statut sanitaire des nouvelles génisses introduites dans la ferme.

Il faut, par ailleurs, qu’il ait exploité durant au moins 4 ans des génisses importées. En cas d’abattage d’urgence ou d’anomalies zootechniques majeures, ces génisses ainsi que leurs descendants doivent être systématiquement identifiés et abattus au niveau des abattoirs agréés.

Source: L'Economiste


Casafree.com le 26/4/2005 16:40:00
Les articles publiés sur le webzine Casafree.com sont sous copyright Casafree.com et nos agences de presse partenaires Panapress, PRN, et Xinhua sauf mention contraire. Toute reproduction même partielle des articles sans leur accord écrit est strictement interdite.
Article précédent: Omar Bendourou:« Tous les pouvoirs sont entre les mains du Roi »
Article suivant: Le retour de Said Mouskir

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation

inscription
Votre compte Casafree :

La météo des autres villes