Accueil Casafree : Vatican : La démission d'un pape est chose rare mais déjà vue - Actualité Mondiale - Webzine
Actualité Mondiale : Vatican : La démission d'un pape est chose rare mais déjà vue
Si Jean Paul II a régulièrement exclu de renoncer à sa charge, la dégradation de son état de santé soulève à nouveau la question de la démission du pape. Les précédents sont rares mais toujours marquants, à l'exemple de celui de Célestin V au XIIIe siècle.

Aucun souverain pontife n'ayant rendu sa calotte depuis des centaines d'années, comme le rappelle le père Thomas Reese, rédacteur du magazine jésuite "America" et expert du Vatican, Jean Paul II peut craindre qu'en démissionnant il ne crée un dangereux précédent contemporain, que certaines factions de l'Eglise catholique romaine pourraient utiliser pour forcer un pape à partir.

En outre, souligne le père Joseph Fessio, rédacteur aux éditions catholiques américaines Ignatius Press, la notion d'abdication se heurte à celle du rôle spécial de pasteur du pape. "C'est un guide spirituel et un père dans la foi, et les pères ne démissionnent pas", conclut-il.

Jean Paul II, aujourd'hui âgé de 84 ans, a souvent déclaré qu'il accomplirait sa mission jusqu'à la fin, avec une détermination considérée par beaucoup comme un exemple puissant de l'enseignement catholique sur la valeur de la vie, y compris lorsque la douleur est intense.

"A mon sens, Jean Paul II considère d'une certaine façon sa propre vie comme un symbole et pense qu'être le guide de l'Eglise dans la santé comme dans la maladie jusqu'à la fin est l'application du message chrétien qu'il essaie de prêcher", explique Daniel Thompson, professeur de théologie à l'Université Fordham de New York.

Bien que les preuves manquent, on estime à une dizaine au plus le nombre de papes qui ont démissionné dans l'histoire, selon le père Reese. Le plus célèbre est Célestin V, arrivé au pouvoir au Vatican en 1294, à l'âge de 85 ans. Cinq mois plus tard, il quittait ses fonctions, déclarant ne pas se sentir à la hauteur de la tâche. Il devait par la suite être placé sous surveillance de peur qu'il ne devienne une menace de schisme.

La question d'une renonciation de Jean Paul II refait surface régulièrement depuis bientôt dix ans, le pape étant visiblement affaibli par la maladie de Parkinson ainsi que des problèmes de hanche et de genou. Son élocution est difficile depuis plusieurs années et, ayant du mal à se lever, il se déplace à présent sur un fauteuil roulant poussé par son entourage. Ses problèmes de santé n'ont pas perturbé le fonctionnement du Vatican, assuré par un personnel nombreux, tandis que le souverain pontife prend les décisions les plus importantes, la nomination des évêques par exemple mais surtout les questions de doctrine.

A la presse qui l'interrogeait récemment sur une éventuelle démission de Jean Paul II, le cardinal Angelo Sodano, numéro deux du Vatican, avait répondu qu'il fallait "laisser cette hypothèse à la conscience du pape". Le cardinal Giovanni Battista Re, préfet (chef) de la Congrégation des évêques, avait pour sa part jugé "de mauvais goût" ces discussions.

Le père Reese estime quant à lui que la formulation du droit canon, qui mentionne que "quiconque est maître de soi peut renoncer à un office ecclésiastique pour une juste cause", pourrait poser problème au cas où le successeur de Pierre serait dans l'incapacité d'exprimer son souhait. La décision doit en tout cas être prise par l'intéressé lui-même. Le Vatican refuse de dire si Jean Paul II a, comme l'auraient fait ses prédécesseurs, laissé des instructions pour le cas notamment où il serait plongé dans le coma.

Source : Presse Canadienne

Casafree.com le 25/2/2005 23:38:07
Les articles publiés sur le webzine Casafree.com sont sous copyright Casafree.com et nos agences de presse partenaires Panapress, PRN, et Xinhua sauf mention contraire. Toute reproduction même partielle des articles sans leur accord écrit est strictement interdite.
Article précédent: Après un an d'observations, la "planète rouge" plus mystérieuse que jamais
Article suivant: Civils irakiens maltraités : 24 à 5 mois de prison pour 3 soldats britanniques

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation

inscription
Votre compte Casafree :

La météo des autres villes