Accueil Casafree : USA : le personnage clé derrière le film anti-islam a été identifié - Actualité Mondiale - Webzine
Actualité Mondiale : USA : le personnage clé derrière le film anti-islam a été identifié
Le personnage clé derrière un film jugé offensant pour l'islam, qui a provoqué des manifestations violentes au Moyen-Orient, a été identifié par les autorités fédérales américaines, selon l'agence de presse AP.

Nakoula Basseley Nakoula, 55 ans, qui vit à Cerritos, près de Los Angeles, et est encore en sursis avec mise à l'épreuve après sa condamnation pour des délits financiers, a été identifié par les autorités fédérales américaines comme étant l'homme derrière le film "L'Innocence des musulmans" qui a provoqué une vague de manifestations en Egypte, en Libye et au Yémen en raison de son dénigrement du prophète Mahomet, a déclaré un responsable de la police américaine à l'AP jeudi.

On ne sait pas de façon claire pour l'instant si le cas de Nakoula relève ou non de l'enquête plus vaste sur la mort de l'ambassadeur américain en Libye et des trois autres diplomates tués lors de l'attaque contre le consulat américain à Benghazi. Jeudi, le ministre américain de la Justice Eric Holder a confirmé que le département de la Justice américain avait ouvert une enquête criminelle.

Dans un premier temps, les noms de Sam Bacile, puis Sam Bassiel, et Sam Bassil, ont circulé dans la presse pour désigner le réalisateur du film. Mais les officiels de l'administration fédérale considèrent qu'il s'agit de noms d'emprunt et que cet homme s'appelle en réalité Nakoula Basseley Nakoula.

Quand les médias ont commencé à parler des événements provoqués par son film, le cinéaste s'est fait connaître, en s'identifiant comme Sam Bacile. Il a déclaré au Wall Street Journal qu'il était un promoteur immobilier israélo-américain de Californie, âgé de 52 ans, et que des donateurs juifs avaient financé son film.

Mais le ministère israélien des Affaires étrangères a affirmé qu'il n'y avait aucun citoyen israélien enregistré sous le nom de Sam Bacile.

Un membre de l'équipe de production qui a travaillé sur le film dans la phase initiale a déclaré à la chaîne de télévision CNN qu'un nom très différent, à savoir Abenob Nakoula Bassely, avait été enregistré auprès de la "Screen Actors Guild", syndicat des professionnels du cinéma.

Une recherche dans les registres publics a montré qu'un certain Abanob B. Nakoula résidait à la même adresse que Nakoula Basseley Nakoula.

Le membre de l'équipe pensait que le cinéaste était un chrétien copte. Lors d'une conversation téléphonique pendant la production, le réalisateur lui a dit qu'il était à Alexandrie, en Egypte, en train de collecter des fonds pour le film.

Il y a une longue histoire d'animosité en Egypte entre les musulmans et la minorité copte.

Par ailleurs, un autre membre de l'équipe qui a travaillé pour le film a affirmé qu'il connaissait le producteur sous le nom de Sam Bassil. C'est sous ce nom qu'il a signé un chèque personnel pour payer l'équipe du film.

Cet autre membre de l'équipe a déclaré qu'il était "sûr à 99%" que Sam Bassil n'était pas juif. Il a précisé que le cinéaste avait chez lui plusieurs objets religieux, notamment des images de la Vierge, et qu'il était marié et avait deux enfants.

Cindy Garcia, actrice dans le film, a déclaré à CNN que le prophète Mahomet ne figurait pas dans le script original. Elle a ajouté qu'elle et d'autres acteurs s'étaient plaint du fait que leur texte avait été changé.

Nakoula est encore sous le coup d'un sursis probatoire de cinq ans après sa condamnation pour fraude bancaire en Californie en 2010. Sa condamnation comprenait une peine de 21 mois de prison, une amende de plus de 790 000 dollars pour le remboursement de la fraude, et l'interdiction d'utiliser un ordinateur ou Internet pendant cinq ans sans l'accord de son agent de probation.

Par ailleurs, la société Google a annoncé vendredi qu'elle ne ferait pas disparaître du site YouTube la vidéo du film controversé qui a été le déclencheur des manifestations au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Cette décision intervient suite à une requête de la Maison Blanche, qui a demandé que la bande-annonce de "L'Innocence des musulmans" soit examinée par la société de partage de vidéos en ligne.

"La Maison Blanche a demandé à YouTube d'examiner la vidéo pour voir si elle était en conformité avec leurs conditions d'utilisation", a déclaré le porte-parole Jay Carney.


Casafree.com le 16/9/2012 19:15:04
Les articles publiés sur le webzine Casafree.com sont sous copyright Casafree.com et nos agences de presse partenaires Panapress, PRN, et Xinhua sauf mention contraire. Toute reproduction même partielle des articles sans leur accord écrit est strictement interdite.
Article précédent: OMM : la couche d'ozone est occupée à se reformer
Article suivant: Les Etats-Unis appellent leurs ressortissants à quitter la Tunisie

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation

inscription
Votre compte Casafree :

La météo des autres villes