Accueil Casafree : la population locale et le développement du tourisme au Maroc
Forum de discussion
inscription

 
tristange
Nouvel inscrit

10 envois
Posté le : 09/09/2009 21:57
Qu’est ce que vous pensez de la participation de la population locale dans le développement touristique au Maroc? et merci
abdollah01
Novice

154 envois
Posté le : 09/09/2009 23:17
salut
au fait je crois pas au tourisme auquel vous croyez,celui des etrangers,
mais je crois au mouvement de la population interne,voyages inter villes.
c est plus rentable,l'etat doit l'encourager
_________________
a quelque chose malheur est bon
abdollah01
Novice

154 envois
Posté le : 09/09/2009 23:33
on est un peuple qui consomme trop,surtout en ete,on preserve de l argent que pour passer notre ete,vacances.
mais pour les etranger ils n apportent rien,consomment mois,et le pire,ils nous apportent leurs maladies,MST..........
ils arrivent en voyages organises,donc on profite de rien,c est leurs agences de voyages qui en profite,c est leurs hotel aussi.malgre k on dit on enploie des citoyen,mais sont au nombre des doigt de la main
_________________
a quelque chose malheur est bon
tristange
Nouvel inscrit

10 envois
Posté le : 10/09/2009 1:21
oui, mais excusez moi je ne suis pas d'accord avec ce que vous avez dit que le tourisme externe ne génère pas de l'argent il faut pas omettre l'importance de l'industrie du tourisme dans l'économie nationale, mais je partage la même idée avec vous en ce qui concerne l'obligation d'encourager le tourisme national, il faut par exemple que les entreprises et les compagnies aériennes baissent les tarifs ce qu'on appelle 'le low cost" pour que les marocains découvrent aussi les régions du Maroc et aussi donner des facilités aux MRE de visiter leur pays plusieurs fois dans l'année. Mais, quand j'ai parlé de la population locale, je voulais dire que les locaux participent dans le développement du tourisme d'une manière directe ou indirecte, mais est ce qu'il bénéficie des retombés de la fréquentation touristique?
Alain
Grand bavard

De: Paris

11900 envois
Posté le : 10/09/2009 9:47
On peut aimer ou ne pas aimer le tourisme de masse et l’accueil des touristes étrangers au Maroc.

Ici, je n’évoquerai que les aspects économiques de cette question, et les retombées du programme touristique sur l’économie marocaine.

A l’horizon 2010, le tourisme représentera 20% du PIB, ce qui en clair signifie que 1/5ème du produit intérieur brut est constitué de devises étrangères en provenance des touristes étrangers. En 2007, pour la première fois, les recettes du tourisme (59 milliards de dirhams) dépassent les montants des sommes envoyés par les MRE (environ 55 milliards de dirhams).

Les effets sur la balance commerciale sont indiscutables, ces apports en devises permettent de contenir en partie le déficit extérieur qui ne cesse d’augmenter. Sans ces apports, la balance commerciale serait catastrophique, en effet les importations ne cessent d’augmenter plus vite que les exportations.

Sur le plan de l’emploi, les programmes touristiques en cours de réalisations généreront 35.000 emplis directs et 175.000 emplois indirects

On ne peut donc pas dire que l’accueil de touristes étrangers ne génère pas de retombées économiques certaines dont le Maroc en est le bénéficiaire direct.
_________________
Le goût de la vérité n’empêche pas de prendre parti (Albert Camus)
tristange
Nouvel inscrit

10 envois
Posté le : 10/09/2009 21:00
Justement, le tourisme est une branche importante qui exerce une influence considérable sur l'économie, et les dépenses faites par les touristes étrangers ont rapporté à notre économie des recettes importantes, mais le tourisme interne aussi est important. Il représente 20% du global des touristes pour le Maroc et pour doubler le nombre de séjours, il le faut promouvoir. Il est vrai que le terme « voyage » a toujours existé chez les marocains, mais dans la plupart du temps ils passent leurs séjours chez leurs familles ou leurs amis pour économiser les frais des hôtels, c’est pour cette raison il faut créer des produits à la portée des citoyens, adaptés à leurs goût et leur pouvoir d’achat pour qu’ils puissent explorer aussi les régions de leur pays.
Son développement permettra certes de tirer le tourisme marocain vers le haut.
Alain
Grand bavard

De: Paris

11900 envois
Posté le : 10/09/2009 21:35
Encore une fois, je resterai uniquement sur le seul plan économique.

Un touriste marocain ne « rapporte » rien à l’économie nationale, sa dépense n’est qu’un transfert d’argent d’un marocain vers un autre marocain : le pays ne s’est pas enrichi dans ce transfert d’argent qui a seulement changé de poche.

Alors qu’un français, un hollandais, un allemand… qui a gagné ses revenus dans son pays d’origine transfère des devises étrangère vers le Maroc.
Et ces sommes sont des recettes « nationales » marocaines.

Pour mieux comprendre l’importance des recettes extérieures, et leurs influences sur la balance commerciale, il faut se souvenir que le Maroc a besoin de devises étrangères en masse pour pouvoir honorer ses payements de tous les produits d’importation qu’il est obligé d’acheter à l’étranger.
Pour faire face à la demande de consommation de produits d’importation, il faut bien à un moment les payer. Et ce n’est pas en dirhams que se payent ses achats, mais bien en euros ou en dollars.
Il faut donc une quantité de devises étrangères approximativement égale à ces dépenses. C’est dans la pratique un peu plus compliqué que ça, mais le principe reste le même.

Et pour se procurer des devises, il n’y a que 2 grands moyens :
1 - L’exportation de marchandises marocaines
2 - Et les apports extérieurs de devises (tourisme et MRE)
Or, et pour encore un bon nombre d’années, le montant des importations est bien plus important que le montant des exportations.
Dans l’état actuel de l’économie marocaine, le déficit de cette balance commerciale est pondéré par les recettes des touristes étrangers et par les apports des MRE.

La question que l’on pourrait se poser est la suivante : qu’elle serait l’état de l’économie marocaine sans ces 2 apports en devises ?
La réponse est simple : le déficit de la balance commerciale serait un trou sans fond et entrainerait le pays dans des dettes énormes qu’il n’aurait pas la possibilité de rembourser (comme un grand nombre d’autres pays d’Afrique).

Le développement du tourisme interne relève d’une autre démarche que celle du développement du tourisme étranger. Il s’agit davantage d’une démarche sociale qui a son intérêt sur les plans de la cohésion sociale et identitaire, mais qui n’a aucun impact sur l’entrée de devises, bien au contraire, l’augmentation des consommations touristiques induit une importation encore plus importante (et donc un coût supérieur pour l’Etat marocain).

Et tirer le tourisme vers le haut ne se fait qu’avec une clientèle qui a les moyens de payer son séjour dans des établissements de qualité.
_________________
Le goût de la vérité n’empêche pas de prendre parti (Albert Camus)